AMAP
de la Goutte d’Eau

Visite chez Maria Irazoki

Notre Paysanne Boulangère

jeudi 12 avril 2007 par Dominique

Un soir brûlant de juillet, rendez-vous sur le parking d’un magasin de Seiches pour la visite d’un champ particulier de Maria :

un petit champ (un hectare), caché derrière une haie, au bord de la route de Paris. Dans le champ, trois variétés de blés méditerranéens anciens : la touselle (voir annexe*), nous attendaient. En file indienne derrière Maria, nous nous sommes laissés caresser par les grands épis de deux mètres de hauteur.( On a pu s’y faufiler sans casser la paille). Nous avons contemplé les nuances chaudes et changeantes des épis dans le soleil du soir : roux cuivré, blond doré, et admiré la transparence des grandes barbes et la robustesse des tiges. Maria cultive la touselle depuis 2004. Cette année-là, elle en a semé 10 kilos à la volée comme autrefois. Elle en a récolté 75 kg qu’elle a resemés pour obtenir cette année environ 800 kg. Elle travaille avec le Réseau Semences Paysannes. (voir annexe**)

Elle a maintenant moissonné sa touselle. Jeudi 14 septembre 2006, nous avons goûté les premiers pains faits avec 50% de farine de touselle. La paille , elle en a fait de petites bottes rectangulaires qui feront le bonheur des amateurs de construction écologique : paille et chaux. Elle en a laissé une partie sur la terre pour la nourrir.

Après la touselle , nous sommes allés au fournil à La Pinellerie. Là , nous avons découvert :

  • un gros four belge, tout rond, recouvert d’aluminium (un peu dépassé, dixit Maria qui rêve de la construction de son futur atelier avec un four en briques). Celui-ci exige une surveillance de tous les instants et un rechargement en bûches très fréquent ainsi qu’une rotation des moules plusieurs fois au cours de la cuisson !
  • sagement alignés, des panières et des moules qui attendent les pâtons à venir.
  • le levain qui dormait dans un gros pot de grès
  • de l’huile d’olive, des graines, de la farine, le tout AB
  • un pétrin avec des traces de pâte sèche
  • une réserve de bûches de 20 centimètres de long coupées par Maria
  • un carrelage tout propre (Maria y marche pieds nus)
  • des murs aux couleurs pastel et désuettes (un vieux préfa d’école, vive le recyclage ! et on revient au rêve d’un atelier flambant neuf, c’est prévu)

Le four était éteint, il faisait agréable au fournil ! Imaginez Maria en train d’alimenter son four en pleine chaleur de juillet !

Et puis on a vu le cheval de Maria : Quinox, sauvé in extremis de la boucherie . Il a déjà selle, harnais et bride …tout neufs. Mais pour l’instant, c’est le débourrage. Quand il sera prêt, Maria, cultivera ses terres avec lui. Après lui avoir porté à boire dans le soleil couchant, on a terminé la soirée sous la tonnelle avec une tortilla et autres victuailles en causant de toutes les choses de la vie. Une bien belle soirée en vérité !  [1]

Cliquez ici pour accéder à une version électronique du contrat avec ce producteur.

[1] septembre 2006


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 383514

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Creative Commons License