AMAP
de la Goutte d’Eau

Lettre d’Alimea mars 2011

jeudi 23 juin 2011 par Francine

Bonjour à tous,

Petite lettre pour la cagette de mars dont certaines sont déjà parties depuis un moment.

Tout d’abord pour parler des fruits un copié-collé d’une réponse à un courrier de Nantes :

Pour les pomelos, je joins une photo qui s’imposait :

il y a 2 variétés, essentiellement du rose, + doux mais Mr Dumont a cueilli son célibataire ce qui fait que vous avez aussi reçu 1 kg de pomelo blanc dans chaque cagette, celui que je mangeais à la cantine avec du sucre.

"célibataire" ou je ne sais trop comment l’appeler car c’est un essai pour voir si l’espèce, la variété était adaptée au climat corse. Essai très concluant d’un point de vue agronomique, intéressant aussi car il est plus précoce que les pamplemousses/pomelos roses. MAIS "le marché" s’est orienté quasi exclusivement sur les roses, payés du coup nettement plus chers et le pamplemoussier blanc est resté un exemplaire unique et très imposant en hauteur et volume vu qu’étant planté isolé il a pris toute sa place. Il fait partie des petites productions "anecdotiques" mais l’arbre à lui seul a produit dans les 500 kg !

Tout çà pour dire que blanc ne deviendra pas rose si on le fait attendre.

Pour l’acidité, c’est une question de goût donc de sensibilité +/- importante ET d’habitudes de consommation. Nos agrumes sont directement cueillis et expédiés et ne passent pas des semaines voire des mois en frigo ce qui modifie leur goût et leurs propriétés.

La plupart des pomelos (Floride mais aussi bio d’Israël) à mon palais disent avoir séjourné longuement en frigo. Vivant dans le luxe du "cueilli sur l’arbre-de suite mangé" j’avoue que je ne touche plus aux agrumes stockés... alors que faute de vache corse laitière je me suis habituée, hélas, à ma bouteille de lait UHT, moi qui toute ma jeunesse tarnaise suis allée chercher le lait en vélo avec mon bidon chez le paysan d’à côté.

On peut revenir à la cuillère de sucre qui adoucit le pomelo coupé en 2, en jus ou salade de fruits... Mais bon, inutile de noyer le fruit sous le sucre comme sait si bien le faire l’industrie agro-alimentaire !!!! Si vraiment on y tient, l’acidité baisse un peu en cours de stockage mais il ne faut pas oublier que les vitamines aussi.

J’ai mis 2 photos en pièces jointes. Evidement le grand pamplemoussier célibataire a ses limites. Je vous laisse chacun trouver ou non quelques pomelos blancs dans la cagette. Si vous n’avez eu que l’histoire pour sa curiosité, patience, il y aura d’autres récoltes !!!!!!

Si j’avais eu le temps d’écrire à certain la semaine dernière, vous auriez lu que nous avons passé notre premier hiver sans patauger depuis 2008/209 (hiver pendant lequel nous avons enchainé les pluviométries à plus de 100 mm en 24 h - on tourne autour de 700 mm de pluies sur toute une année moyenne, battant ainsi tous les records d’un siècle de statistiques de Météofrance). C’était un peu optimiste de ma part : nous avons eu un petit déluge ce week-end. La crue de la Bravone a atteint une partie du verger de M Dumont mais sans gravité : l’eau est montée sans violence. Le couvert d’herbe a joué son rôle protecteur et la terre n’a pas été emportée. Le niveau de crue n’a pas atteint la hauteur des tuyaux d’irrigation, microjets, là aussi tout est en place. Reste quand même du boulot à remettre le lit de la rivière en l’état : une dizaine de grands aulnes, peupliers se sont affaissés et doivent être coupés car ils feraient obstruction à l’écoulement de l’eau et des débris lors d’une prochaine montée des eaux. Ces barrages naturels (et leur rupture) mettent en péril l’aval, il est important de faire de la prévention. Chez nos amis maraichers la situation est un peu plus compliquée : les terrains qui étaient préparés pour les plantations de printemps sont tous à reprendre car l’eau a tout tassé mais il faut attendre que la terre se ressuie, ce qui peut prendre un moment dans les bas de pentes.

La taille a bien avancé. Elle est quasiment terminée sur les agrumes (sauf les pomelos dont la récolte est encore sur les arbres). C’est un bien car la végétation démarre.

La plupart des producteurs sont à présent dans l’attente de leurs engrais organiques, de la chaux. Pas pressés ces Corses me direz-vous ?

Erreur, nous jonglons depuis près de 2 mois avec les grèves des bateaux de la SNCM et un transport Corse-continent réduit à peau de chagrin. 3 compagnies maritimes restantes après que la Mobby Lines ait jeté l’éponge après même pas un an d’ouverture de lignes Corse-Toulon/Nice, officiellement pour cause de renchérissement du prix du carburant. La SNCM paralysée depuis fin janvier, soit le plus gros du fret (transport de marchandises), ses marins luttant contre le démantèlement de la flotte depuis le rachat par Veolia. Restent la CMN (qui a quand même suivi le mouvement de grève national des marins hier 17 mars) et la Corsica Ferries. Les denrées alimentaires étant prioritaires, le reste rentre ou part quand il y a des trous. Un casse tête pour les transporteurs routiers corses qui embarquent leur camions sur les ferries. A ce jour nos fruits ont malgré tout toujours pu être expédiés aux dates prévues. La pression risque de monter d’un cran à partir de lundi car les routiers ont décidé d’accélérer l’arrivée au clash en suspendant leur activité jusqu’à ? ...

Compte tenu de notre manque total d’autonomie alimentaire de la Corse sur les produits de base (céréales, lait de vache) sans compter l’indispensable superflu, le discount j’imagine que l’arrêt total de transport de marchandises entre Corse et continent ne sera que provisoire. Les routiers sont de chez nous (très peu de camions "du continent" livrent la Corse) et ne pourront pas affamer leurs voisins, au plus provoquer de l’inconfort. Tant mieux ou dommage ? Je ne ferai pas le juge mais dans un cas comme çà acheter local affranchit du problème lié aux approvisionnements lointains.

Cordialement,

Brigitte


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 315236

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Creative Commons License