AMAP
de la Goutte d’Eau

Où et comment vivent les brebis et leurs agneaux

La ferme de la Violaie

samedi 3 octobre 2009 par Francine

Cécile Buret, jeune agricultrice installée à la ferme de la Violaie à la Pouëze, et son mari Yohann nous ouvrent les portes de leur ferme.

Cécile et Yohann disposent d’une surface de 20 ha dont 17 ha de prairies qui se répartissent en 14 ha de prairies permanentes qui ont plus de 10 ans et 3 ha de prairies temporaires qui ont 2 ans. 3 ha de céréales auto-consommées. Avoine, pois, tritical, orge. L’objectif à terme étant l’autonomie alimentaire.

Un bâtiment de 450m2, habillé de bois, abrite le troupeau une grande partie de l’année. Les terres humides ne permettent pas un passage rapide à l’herbe au printemps.

Cette superficie donne à chaque animal un espace de 1,5 à 2 m2. Chaque animal bénéficie, en outre, d’une surface de 0,33m2 à l’auge. Le bâtiment est séparé en deux parties par une allée centrale permettant le passage du tracteur et d’où la nourriture est distribuée. Les animaux sont installés sur une couche de paille.

Le troupeau :

Environ 90 brebis, 28 agnelles pour le renouvellement car 45% des laitières ont plus de 7 ans, 120 agneaux à venir, 3 béliers de race Lacaune.

Les béliers vivent dans un espace à l’écart des brebis. Ils passent 1 mois/an avec le troupeau. ( un mois avec les petites et un mois avec les mères.

Dès qu’ils arrivent, les brebis qui n’attendaient que ça entrent en chaleur !! La monte est naturelle. L’insémination artificielle étant interdite dans les élevages bio, le renouvellement de la race s’est fait en 2007 et 2008 par l’apport d’agnelles sevrées provenant d’un élevage bio d’Ile et Vilaine qui effectuent de fréquentes rotations de béliers de sélection. Il est nécessaire d’ améliorer la race, d’apporter du sang nouveau et augmenter ainsi la quantité de lait.

Les béliers vont un par un chez les brebis pour éviter les bagarres. ILs sont marqués au crayon marqueur. Les brebis sont à leur tour marquées en fonction des montes. Gros travail d’observation pour Cécile et Yohann !!

La gestation dure 5 mois. La moyenne est de 1,5 agneau par brebis. Cécile et Yohann sont très présents lors des mise-bas, surtout lors de la première pour les agnelles parce que le passage n’est pas fait. Massage du col. Pas d’autre intervention humaine, c’est la mère qui pousse. Les pattes arrivent les premières puis la tête.

Des cases d’agnelage sont prévues dans le bâtiment. Les brebis ont deux trayons. Les gros agneaux poussent les petits et tètent à leur place. Cécile surveille de près les naissances et les tétées. Si la mère refuse son agneau, Cécile la bloque dans une case. Si elle refuse toujours de le faire téter, c’est traite et biberon.

Les agneaux qui ne tètent pas partent à l’engraissement. Cécile et Yohann n’assurent pas cette partie qui constitue un autre métier. Les agneaux restent environ 4 à 5 semaines avec leur mère. Ils sont séparés au moment où le pic de lait est atteint. Ces agneaux d’une dizaine de kilos seront vos futurs agneaux de lait !

Dans le bâtiment, les agneaux bénéficient d’un parc de repos quand les brebis partent à la traite ou à l’herbe. Les brebis sont à l’herbe de fin février à fin octobre.

La nourriture

Foin à volonté, herbe, céréales, paille. Les brebis qui sont traites ont des céréales. Les céréales sont disposées au milieu d’un tas de paille pour que les brebis prennent le temps de manger et de mâcher !

une brebis pèse environ 60 kg. La relève pèse 2/3 du poids de la mère. La relève met bas à 2 ans. Elles sont sevrées en novembre et vont à la reproduction en septembre-octobre suivants.

Où et comment vivent les brebis et leurs agneaux (suite)

Contrat agneaux et merguez 2009/2010


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 315236

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Creative Commons License